Randonnée des femmes célèbres.

De la marquise de Pompadour à Jeanne d’Arc, …

La randonnée a commencé par l’emprunt du pont royal qui a permis de rappeler qu’en 1760, la solidité du pont a été testée par la Marquise de Pompadour, favorite de Louis XV, traversant la Loire pour se rendre à son château de Ménars. Le lendemain, les guépins ont pu dire : « Bien solide est ce pont ; ce jour, il a porté le plus lourd fardeau de la France ».

Ensuite, la randonnée a suivi la Loire. La Loire est femme, à longueur de textes ; elle est décrite comme suprêmement féminine, à cause de sa langueur, de sa blondeur, de ses caprices et de ses emportements…

Sur l’ancien port et le long des anciens remparts : Madame de Sévigné prend souvent le bateau à Orléans pour se rendre à son château en Bretagne.

Lors de la Fronde, en 1652, la Grande Mademoiselle décide de prendre Orléans et d’entrer dans la ville, persuadée que les portes vont s’ouvrir. Mais, elles restent closes. Elle fait le tour de la forteresse, de porte en porte. Une seule cède grâce aux mariniers de Loire…

En centre-ville, la randonnée a longé les célèbres Hôtels Anne de Pisseleu et Diane de Poitiers. Les randonneurs ont visité l’Hôtel Agnès Sorel.

La place du Châtelet rappela d’une part, l’artiste Jeanne Champillou et, d’autre part, Amélie Hélie qui, suite à sa réputation de belle jeune fille aux cheveux d’or, donna le célèbre film « Casque d’Or ».

L’Hôtel Groslot nous présenta les reines Catherine de Médicis et Marie Stuart ainsi que Marie Touchet, favorite du roi Charles IX. Le Conservatoire : les artistes féminines.

Le quartier de l’église Saint-Pierre-le-Puellier évoqua Isabelle Romée, mère de Jeanne d’Arc.

Après le jardin de la poétesse Hélène Cadou et les quais, la randonnée s’est terminée place du Martroi auprès de Jeanne d’Arc, la plus célèbre des femmes.