La quartier végétal.

Randonnée dans le quartier Dunois.

Le quartier Dunois conserve une présence végétale importante liée à l’existence de parcs et de nombreux jardins où sont conservés de grands arbres.

Après avoir traversé le fleuve royal, longé les quais et pris l’ancien boulevard des Princes, la randonnée est arrivée au sein du quartier Dunois créé à la fin du 19ème siècle. La délicieuse place Dunois au centre du quartier nous attendait ! Cette place ressemble à une place de village avec ses commerces, son marché, son aire de jeux et ses arbres.

La randonnée s’est poursuivie dans l’ancien quartier militaire Sonis, qui a gardé ses deux pavillons d’entrée, sa belle place d’armes végétalisée, et qui s’est transformé en résidences, puis a longé les deux casernes construites à la fin du 19ème siècle.

Les randonneurs ont pu emprunter une partie des multiples venelles du secteur : partout des jardins, la ville à la campagne !

La rue du Parc (d’artillerie) nous a rappelé ses illustres personnages : les militaires Louis Rossat et Alfred Dreyfus, l’homme politique Jean Zay et l’écrivain Jacques Lacarrière.

Après avoir vu les énormes chats de l’institution Serenne, longé l’ancien Parc aux fourrages militaires, la rue Chanzy nous a montré ses belles maisons néogothiques.

La rue Foch, la bien nommée, car c’est là que résidait le futur vainqueur de la Première Guerre Mondiale quand il commandait l’artillerie du 5ème Corps ; ensuite, la  belle Cité des Fleurs, remarquablement paisible, réalisée par la société Immobilière du futur maire d’Orléans, Gaston Colas des Francs ; et la rue Xaintrailles avec ses maisons néo-Renaissance.

Et partout des noms qui nous rappellent l’épopée johannique : Patay, Jargeau, Dunois, Xaintrailles, Gaucourt, Lahire…

Enfin, la randonnée s’est terminée en face de l’Alhambra, salle de spectacles du début du 20ème siècle, dans les jardins du boulevard Rocheplatte ouvrant le quartier Dunois sur le centre-ville.