Marche Nordique sur les plages de Saint Malo

Pentecôte à Saint Malo – Cancale (Ile et Vilaine)

 Les 22 marcheurs nordiques, étions ravis et pressés, de nous installer au camping « Le Domaine de la Ville Huchet », situé à l’entrée de Saint Malo, ville phare de la Bretagne, afin de commencer nos séances de marche nordique sur le sable, ce samedi 8 juin.

Le temps breton, sujet intarissable, que nous soyons local aguerri ou simple visiteur, ne nous a pas perturbé un instant sur ces 3 jours, car « qui trop écoute la météo passe sa vie au bistrot », ce qui n’était pas notre objectif.

Ainsi motivés et entêtes, de la plage de Minihic et la Grande Plage (plage du Sillon et plage de l’Eventail), jusqu’au pied des remparts et face au monument emblématique du paysage malouin, « le Fort National », nous avons effectué un planté de bâtons dynamique dans le sable mouillé.

Nous nous sommes particulièrement appliqués, pour mériter notre plateau de fruits de mer, araignées, huitres, crevettes, langoustines, bigorneaux …. bon pain, beurre demi-sel et mayonnaise maison.

Fatigués et repus, après le « Kouign-Amann, fameux dessert à basse de beurre et de sucre, nous avons accompagné Didier, et ensemble, nous ne sommes pas repartis pour une séance de marche nordique nocturne, nous sommes allés mettre la viande dans le torchon, afin de mieux repartir le dimanche.

Le matin, le soleil nous attendait, afin de ne pas le blesser, nous nous sommes dirigés sans bâtons vers la Pointe du Grouin. Cet éperon rocheux, le plus avancé d’Ile et Vilaine, s’étire dans un cadre majestueux entre Cancale et Saint Malo. Le regard dressé vers l’horizon, nous avons pu distinguer, à 25 kilomètres le Mont-Saint-Michel et plus au large les îles Chausey, le Cap Fréhel.

Nous avons parcouru quelques kilomètres entre fleurs de bord de mer, ajoncs et pins au dessus des flots et d’anses abritées, avant de déjeuner sur la plage du Verger.

Ensuite il a fallu reprendre les choses au sérieux et après une petite balade à Cancale, nous avons poussé sur nos bâtons en allongeant les bras et en ouvrant les mains, sur la Grève d’Hirel. Ici, la mer se retire très loin rendant la baignade totalement impossible. La plage n’est pas réputée pour la baignade, elle est recommandée pour le char à voile et pour la pratique de la marche nordique, entre autre.

Et là, la mouette c’est mise à voler, bec en avant, signe de mauvais temps, et de grosses gouttes d’eau se sont mises à tomber, nous nous sommes consolés avec la plancha, à l’abri sous l’auvent du chalet. Notre deuxième soirée nocturne s’est achevée dans la bonne humeur, sa

ns avoir arpentée les ruelles intra-muros de Saint Malo et sans CRÊPE.

La pluie du matin, n’arrête pas le pèlerin, ainsi, en cœur, ce lundi matin, nous sommes repartis sur la Grande Plage de St Malo pour effectuer notre ultime séance de marche nordique, sur le sable mouillé, et pour certains les pieds dans l’eau, avant l’arrivée de la marée.

Après notre pique nique pris sur la digue, nous avons laissé les goélands voraces, et avant notre retour, nous avons fait un peu de temps libre dans Saint Malo, pour marcher sur les traces des légendes  de la cité corsaire comme Jacques Cartier, Duguay-Trouin et encore Surcouf.

Avec ses 48 crêperies, Saint Malo n’a pas pu satisfaire nos papilles, suite à une multitude de circonstances. Ne soyez pas frustrés petits marcheurs nordiques, nous y retournerons, et Mohamed promis, tu les auras tes huitres de Cancale.

A l’année prochaine !