Sur le Chemin de Stevenson

De Langogne à Alès.

10 randonneurs de la section avaient commencé l’aventure l’an dernier par la traversée du Velay. Le 25 mai 2017, ils ont  été accompagnés par 6 nouveaux aventuriers décidés à parcourir partiellement ou entièrement ce magnifique chemin classé « itinéraire culturel du Conseil de l’Europe ».

Nous sommes arrivés en voiture au parking de la gare de Langogne en fin de matinée, bien décidés à découvrir le Gévaudan, pays de collines couvertes de bruyères, de bois de sapins et de bouleaux, de prairies où fleurissent en ce moment les narcisses. Au terme de la première étape, nous atteignons le refuge du Moure au Cheylard l’Evêque après avoir parcouru 18 km sous la chaleur. Bien fatigués ; mais récompensés par l’accueil, l’excellent repas et la qualité de l’hébergement.

Vendredi 26 mai : nous profitons de la « Modestine Citroën » de Marie-Astrid pour alléger nos sacs et nous partons de bonne heure en direction de l’Abbaye Notre Dame des Neiges terme de l’étape. Nous retrouvons Marie-Astrid et Jackie pour le pique- nique au bord de l’Allier avant de monter au sommet d’Espervelouze avant d’arriver à l’Abbaye Notre Dame des Neiges après une étape de 25 km.

Samedi 27 mai : l’étape est plus courte ; mais 4 courageux en profiteront pour aller voir la Source de l’Allier et feront une dizaine de kilomètres supplémentaires. Nous sommes logés au pied du magnifique viaduc de Mirandol.

Dimanche 28 mai : dernier jour de randonnée pour les 4 participants au week-end de l’Ascension, cette étape traverse la montagne du Goulet, le paysage est pastoral et forestier, c’est là que le Lot prend sa source au milieu d’une prairie fleurie.

Nous arrivons au Bleymard,village situé dans la vallée du Lot, d’où nos amis pourront rejoindre Mende, puis Langogne après avoir passé un weekend dépaysant.

Lundi 29 mai : Cette étape nous permet de découvrir un paysage nouveau composé de landes et de bruyères, un balisage particulier fait de colonnes de pierres : le Mont Lozère avec le sommet du Finiels culminant à 1699 m. Plus haut sommet de la Lozère avec un superbe panorama sur les Cévennes du sud.

La descente vers le Pont de Montvert est marquée par la présence de pins à crochets, puis d’immenses blocs granitiques. La dernière partie de la descente a laissé des traces …

Le village de Pont de Montvert est situé à 875 m  à la confluence du Tarn, du Rieumallet et du Martinet. Il fut l’un des foyers les plus ardents du protestantisme dans les Cévennes, c’est là que partit le soulèvement des Camisards.

Mardi 30 mai : Il faut remonter dans le massif du Bougès culminant à 1421 m, passage au col des Fayards caractérisé par ses nombreux cairns et à l’approche du sommet, nous pouvons de nouveau observer des tulipes sauvages. La descente sur Florac sera longue et la chaleur de plus en plus pénible. Mais nous trouvons un bon réconfort qui nous permet de bien nous hydrater avant d’arriver à l’hébergement au terme de cette étape de 25 km avec 1200 m de dénivelé positif !

Mercredi 31 mai : Comme cette étape est plus courte et plus facile, nous commençons la journée par la visite de Florac. Après St Julien d’Arpaon, le chemin emprunte l’ancienne voie de chemin de fer reliant Alés à Florac dominant les gorges de la Mimente. Notre gîte est installé dans l’ancienne gare de Cassagnas. Avant le repas, petit bain de pied délassant dans la Mimente.

Jeudi 1er juin : Notre but, atteindre Saint Germain de Calberte en passant par le col de la Pierre Plantée. Nous cheminons à travers la forêt de châtaigniers avec de belles vues sur les Cévennes. Avant d’arriver au col, nous faisons un détour pour découvrir un site archéologique découvrant la villa gallo-romaine de Saint Clément. A Saint Germain de Calberte, nous sommes hébergés dans un camping avec piscine, gite et « habitation très insolite ». Malheureusement, un orage éclate peu après notre arrivée nous empêchant de profiter de la piscine.

Vendredi 2 juin : Dernière longue étape de notre aventure, « la civilisation » est de plus en plus présente, nous traverserons le village de Saint Étienne Vallée Française avant de passer au col St Pierre. Nous entrons dans le département du Gard. Il faut être particulièrement attentif pour aborder la descente du col vers St Jean du Gard. Le gîte  est au bord du Gardon à 3 km avant St Jean du Gard. La baignade dans le Gardon sera bien appréciée par certaines randonneuses … et le confort du gîte et l’aligot sera apprécié de tous.

Samedi 3 juin : Nous arrivons à Saint Jean du Gard en début de matinée, nous avons le temps de faire une petite visite de la ville qui fut le terme du voyage de Stevenson. Il gagna Alès par la diligence.

Plus de diligence, mais nous prenons le T.V.C (train vapeur des Cévennes), nous faisons une halte pour visiter la Bambouseraie d’Anduze avant de repartir pour Anduze. Nous arrivons à  Alès en car juste avant l’orage.

Dimanche 4 juin : Nous quittons l’hôtel de bonne heure pour prendre le car SNCF qui nous permettra de rejoindre la gare de Langogne.

Au cours du trajet, nous revoyons les paysages traversés au cours de ces 11 jours qui nous ont laissé d’excellents souvenirs …