Un weekend aux abords du Puy Mary (15)

Randos autour du Puy Mary ?

Dans nos véhicules de location aux vitres fumées, (on aurait dit le GIGN en déplacement) les 17 membres du commando ont pris la route samedi matin sous la pluie avec des prévisions peu engageantes qui annonçaient un probable chamboulement dans le programme. Le ciel s’étant éclairci, nous avons suivi un très agréable parcours de  6 km dans la bien belle campagne des abords de Murat (chapelle St Antoine, rocher de Bonnevie et sa vierge) avant d’aller nous installer dans le très agréable gîte de la Boudio à Lavigerie.

Le dimanche devait nous mener au Puy Mary mais notre avisé hébergeur Jean-François nous a conseillé de partir tôt pour un parcours plus court tant la météo de l’après-midi était annoncée mauvaise. Nous sommes partis tout droit du gîte pour gravir le col de Cabre où quelques petits névés nous attendaient et franchir ensuite le Puy Bataillouse et le Téton de Vénus. Dès la fin de notre parcours de 10 km et 740 m de dénivelée, la pluie parfois mêlée de flocons était au rendez-vous.

Lundi, Jean-François nous a conseillé une nouvelle fois de modifier nos plans pour nous diriger vers le col de Serre via la Courbatière, franchir le puy de Niermont avant de couper par les herbages pour retrouver la vallée. Un grand merci au passage à Nicolas  très rassurant et instructif dans cet exercice. La neige qui s’était mise à tomber au col de Serre s’est arrêtée  à l’heure du repas, nous autorisant à ouvrir nos sacs pour en tirer notre pique-nique. L’accalmie a duré jusqu’à notre arrivée dans la vallée. Les derniers des  15 kilomètres de la journée se sont faits sous une pluie neigeuse nous fouettant violemment le visage.  Après une expédition chez un fromager local nous avons pris notre dernier dîner où seules les fraises et les feuilles de laurier sont à 0% de matière grasse.

Avec les chutes de neige de la veille, mardi n’était pas encore un jour à aller traîner sur les cimes. Nous sommes donc allés faire une douzaine de kilomètres près du lac du Pêcher sur des chemins moussus et herbus, doux aux pieds et aux flaques d’eau relativement rares.

C’est vrai, nous n’avons pas fait ce qui était écrit, mais nous avons eu notre quota de dénivelée, de kilomètres, de gués et autres flaques, notre dose de paysages, de bons plats et de convivialité. Ça a juste été  « randos autour du Puy Mary » au lieu de « rando au Puy Mary » !